Maela HERVE (2011)

   Maela HERVE, diplômée en 2011, nous fait partager son expérience…

   Des compétences qui s’exportent…

Après un bac S obtenu à Rennes en 2006, Maela s’est orientée vers un DUT STID, qu’elle a validé à Vannes grâce à un stage chez Statistics Canada, l’institut national des statistiques canadien (équivalent à l’INSEE en France). Ce stage de 10 semaines portait sur un sujet complexe : l’indice de variation des prix à la consommation, mais Maela y a apprécié l’utilisation de SAS MACRO et, bien évidemment, l’expérience bilingue français-anglais. Elle a ensuite poursuivi naturellement sur la L3 Mathématique, Informatique et Statistique, toujours à Vannes, pour finir par intégrer notre Master, attirée par ses enseignements et ses deux stages obligatoires.

Maela a effectué son stage de M1 à l’Agence Durable de Rennes, une agence de communication, et ce durant 5 mois. Elle avait pour mission d’automatiser la segmentation des clients sur le logiciel R. Pour rappel, la segmentation permet de mieux cibler sa clientèle grâce à une connaissance approfondie de ses comportements permettant ainsi de regrouper les clients par type. Le programme créé par Maela a ensuite été implanté au sein du logiciel de gestion de la relation client de l’agence.

Elle a ensuite réalisé pendant 6 mois son stage de M2 chez Maximiles (société de fidélisation clients) à Paris. Elle a pu effectuer de nombreuses tâches au sein du pôle Marketing (études préparatrices pour les campagnes, segmentations, scoring…). Pour des raisons budgétaires, Maela ne s’est pas vu offrir de poste à la fin de son stage, elle a donc recherché et trouvé un poste dans une société de conseil, le groupe Estia, avant même de finir sa mission. Elle précise qu’il est facile d’être recruté(e) sur Paris tant les sociétés de conseil y sont nombreuses.

Maela a passé 15 mois en tant que consultante junior au sein du groupe Estia et basée au service marketing des Galeries Lafayette. Elle a, par exemple, pu mettre en place le logiciel Qlikview et participer à la migration à partir du logiciel Amadea vers SPSS. Pour ce poste, le salaire brut était de 32 000€ à l’embauche et a évolué à 33 000€ six mois plus tard.

Tentée par l’étranger et lassée de la vie parisienne, Maela a démissionné de ce poste après avoir obtenu un visa vacances travail pour l’Australie. Elle a trouvé un poste au siège de la société de services Torque Data à Sydney. Elle a notamment pu gérer des campagnes de marketing ou encore analyser des corrélations d’achat entre différents produits d’assurance… Maela précise qu’il y a un réel besoin de compétences en statistiques en Asutralie. En effet, il n’y existe pas encore de formation au métier de chargé(e) d’études statistiques. Elle reçoit d’ailleurs encore régulièrement des offres d’emplois australiennes. Pour ce poste, le salaire brut atteignait 45 000€ mais il faut savoir que le coût de la vie est beaucoup plus élevé en Australie qu’en France.

En janvier, de retour en France, Maela a souhaité retrouver un poste dans le Grand Ouest. Elle a donc accepté une mission d’intérim chez Arkéa Banque en attendant de trouver un CDI dans la région. Elle identifiait les clients entreprises et institutions (BtoB) par secteur d’activité afin d’aider les commerciaux à mieux cibler leur public. Pour ce poste, le salaire était de 37 000€.

   Et aujourd’hui ?

Huit mois plus tard, et après trois candidatures, Maela a trouvé un poste de chargée de campagne et d’analyse datamining chez Ouest France, en CDI. Ses missions consistent à gérer les campagnes emailing (ciblage et analyse) et à développer la connaissance du client (segmentation, scoring…).

Maela précise qu’il est difficile de trouver un poste en CDI en marketing/banque dans l’Ouest. La majorité des postes sont situés en région parisienne ou sont axés plutôt sur le décisionnel (tableau de bord, AMOA). Elle conseille également de bien choisir son stage de M2, dans la mesure où celui-ci détermine souvent votre futur domaine d’activité. Pensez également à conserver une part de décisionnel dans vos compétences, surtout si vous souhaitez exercer en dehors de la région parisienne. Maela mentionne aussi le Big Data, domaine très porteur et plein d’avenir.

 

Merci beaucoup à Maela de nous avoir fait partager son expérience et de nous avoir montré à quel point nos compétences ont de la valeur à l’étranger et surtout loin de chez nous. Si vous avez la moindre question à adresser à Maela, n’hésitez pas à commenter cette page ou à nous envoyer un mail.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×