Vincent KERHERVE - 2015

Bientôt 6 mois après la fin de ton cursus universitaire que deviens-tu aujourd’hui ?

Chargé d’études actuarielles à AXA, à Nantes. Pour le moment aucune étude n’est en cours, ma mission est de libérer du temps aux autres chargés d’études en automatisant tout le côté reporting. Au sein d’AXA de nombreux salariés demandent des informations sur leur performance et seuls ceux étant à l’aise sur les logiciels tels que SAS ou Excel sont capables d’extraire les chiffres demandés. Mon objectif est donc de démocratiser cela pour permettre à tous de répondre aux demandes des salariés et ainsi libérer du temps aux chargés d’études. J’automatise aussi la plupart des reporting hebdomadaire ou mensuel afin d’éviter les tâches rébarbatives. Niveau technique c’est beaucoup de programmation sous VBA (Excel)  principalement, mais aussi sous SAS (macro, proc sql…). Il faut aussi s’adapter au public qui réalise les demandes, surtout au niveau de l’ergonomie des reporting.

Où as-tu effectué ton stage de fin d’études ? Quel en était le sujet et l’objectif ?

À Statistique Canada, à Ottawa. Ma mission était de travailler sur les Révisions Historiques de l’Enquête sur les dépenses des Ménages. Pour résumé, en 2015 les données du dernier recensement sont parues et elles allaient être utilisées pour l’enquête sur les dépenses des ménages de 2014 (L’enquête pour l’année t est toujours réalisée en t+1). Lors d’une telle enquête on attribue un poids à chaque individu échantillonné afin qu’il représente un certain nombre d’individu dans la population (par exemple un poids de 2 équivaut à dire que vous comptez pour 2 individus, dans la population). Pour générer ces poids on se cale sur ce qu’on appelle des totaux de contrôle qui sont issus des données du recensement. On s’assure, par exemple, que la somme des poids est égale au nombre total d’individus dans la population. Avec un nouveau recensement, ces totaux de contrôle changent, il fallait alors refaire la pondération des données des années 2010 à 2013, qui avait été faite avec des totaux de contrôles issus du recensement de 2011, en fonction du dernier recensement afin de refaire les estimations et de pouvoir comparer les estimations de 2010 à 2013 avec celles de 2014. Ça peut être un peu difficile à comprendre car les cours sur les méthodologies d’enquêtes ne commencent qu’en M2, mais c’est très intéressant et surtout ce n’est pas seulement technique ! Vous devez prendre des décisions, données extrêmes à partir de quel seuil ? Poids trop grands par rapport à quoi ? Qui garder ou éliminer et pourquoi ? Les statistiques ne sont qu’un outil qui vous aide lors de votre prise de décision. Vous devez mettre la main à la pâte pour analyser si un individu a un comportement, réellement, atypique ou non !

Une fois ton stage terminé quels difficultés as-tu rencontré pour ton insertion professionnelle ?

En revenant du Canada je voulais absolument repartir à l’étranger. J’ai donc essayé les VIE mais le processus de recrutement est très long, test informatique (avec si échec impossibilité de postuler pendant 1 an dans l’entreprise pour le Crédit Agricole…), entretien téléphonique en anglais avec les manager, puis entretien avec la RH, puis test d’anglais… Au bout de plusieurs mois d’attentes j’ai décidé de m’ouvrir à la France et j’ai répondu à une offre postée par l’Amser qui m’intéressait. À part la recherche de VIE aucune difficulté. J’ai posté mon CV sur l’apec et monster et j’ai eu plusieurs appels (4-5), en un mois à peine.

Avais-tu des exigences ou attentes particulières pour ton premier emploi (secteur d’activité, taille de l’entreprise, type de poste, location, salaire…) ? En quoi ont-elles affecté tes recherches ?

Au départ l’étranger, un poste de cadre avec un salaire au minimum de 35k€/an, sachant qu’en VIE les salaires sont assez élevés. Puis en France à peu près la même chose. Un salaire aux alentours de 33k€/an en province, 35k€/an à Paris, mais rien de fondamentalement différent. Le but étant d’avoir une mission où j’apportais technicité mais aussi une prise de décision, de ne pas être seulement un exécutant mais d’apporter de l’intelligence aux données.

Quel est l’élément qui t’as le plus surpris durant tes recherches d’emploi / tes premiers mois de travail?

Les appels pour me proposer un poste. Seulement avec le fait de poster mon CV sur certaines plateformes j’ai reçu de nombreux appels d’offre, en cabinet de conseil ou en interne. Nos compétences sont très demandées. Et aussi la demande de la maîtrise du SQL et du VBA. Beaucoup d’offres tournent autour de ces deux langages (avec SAS/R bien évidemment). Le VBA est d’ailleurs assez simple à prendre en main, un cours dessus serait une vraie plus-value pour le master (essayez de regarder les tutoriels sur internet, c’est simple à prendre en main et ça vous permettra de ne pas être totalement étranger au langage).

Pour finir, quel(s) conseil(s) pourrais-tu donner aux étudiants des prochaines promotions pour aborder au mieux leur insertion professionnelle ?

Faire un bilan sur vos désirs professionnels. Quel domaine ? Quel secteur ? Quelle facette des statistiques ? Prenez le temps d’analyser vos désirs pour orienter vos recherches et ne pas vous trouvez dans une situation inconfortable lors de votre premier emploi ! Si possible faites-le après le M1 pour vous orienter vers le M2 et vers le type de stage que vous allez vouloir prospecter. Ne pas hésiter à décliner une offre ! Il y a tellement de demandes, quand on est disponible sur Paris,que vous rebondirez facilement.

As-tu des éléments additionnels non spécifiés dans les questions précédentes dont tu souhaites témoigner ?

A propos des débouchés des deux cursus. Il faut tout d’abord savoir qu’il y a beaucoup plus d’offres dans le privé. Cependant le Master 2 SP ne vous empêche pas d’y travailler ! J’ai fait le Master SP et pourtant je suis chargé d’études actuarielles à Axa… Il est vrai qu’on peut penser le contraire et que lorsqu’on regarde les offres d’emploi le vocabulaire utilisé est semblable à celui du Master 2 PRM. On parle de scoring, de clustering etc… Alors que le scoring est la modélisation d’une variable endogène qualitative, et le clustering de l’analyse de données/segmentation. C’est surtout dans les cabinets de conseil où cette exigence est présente (on m’a notamment fait la remarque que mes expériences avaient toutes été faites dans le public) mais vous devez vous adapter selon votre interlocuteur. Vous êtes diplômés d’un Master 2 STATISTIQUES ECONOMETRIE dans les deux cas ! Faites simplement ce qui vous attire le plus, demandez conseil aux professeurs pour cela (ça a été mon cas) et prenez réellement le temps de savoir ce que vous voulez faire. Néanmoins pour ceux qui souhaiteraient s’orienter vers le M2 SP je vous conseille fortement d’assister au cours de David Haziza sur les méthodologies d’enquête à l’ENSAI, même en tant que candidat libre, c’est très intéressant et un vrai plus tant dans le public (INSEE, en Ministère,…) que dans le privé (notamment le marketing !).

 

 

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×